Le répertoire

Tous les morceaux que joue Paris Taiko Ensemble sont des compositions de Tulga YESILALTAY. Dans la composition, Tulga respecte évidemment les principes de base du Wadaiko. Mais chaque morceau possède une identité, une influence, une histoire, une âme. C’est cela qui rend unique notre répertoire. Voici quelques morceaux et leur signification.

KIHON signifie « la base », les techniques et les rythmes de base du Wadaiko sont regroupés dans ce morceau. Kihon est bien particulièrement apprécié lors des prestations d’art-martiaux et des événements sportifs. Il est aussi utilisé comme référence pour l’enseignement aux pratiquants débutants.

KATA est créé en 2012, lors du festival des art-martiaux à Bercy, Paris Taiko Ensemble est chargé d’accompagner les 200 Karatéka pendant leur démonstration de kata. C’est un morceau aux rythmes réguliers, de temps à autre explosifs créant ainsi une sensation de «confort incertain » pour l’auditeur.

KYOJAKU veut dire « intensité », après son dernier stage au Japon, Tulga est rentré avec de nouveaux conseils et de nouvelles idées, il créa alors Kyojaku pour travailler les grandes (Don) et les petites frappes (Tsu). La difficulté réside dans la régularité des frappes et le respect du rythme, en général plus le son est fort plus on a tendance à accélérer. C’est un excellent morceau pour travailler le relâchement et le contrôle.

RAKUDA signifie «chameau » en japonais, ce nom atypique vient d’une phrase clé du morceau. La structure du morceau se base sur des rythmes orientaux, l’alternance des sons fait penser au dos du chameau. C’est lors d’une répétition qu’un membre a proposé cette appellation.

HASH HASH ce morceau est influencé par les rythmes du Reggae, suite aux rencontres dans le milieu musical, Tulga constate qu’il y a une certaine légèreté dans ce monde « Peace & Love ». Tout cela l’a fortement inspiré pour l’écriture de ce morceau.

OMOTE ou « l’apparence, la façade », l’origine de ce morceau est culturelle. C’est pour exprimer la pudeur et le comportement politiquement correct du peuple japonais que Tulga a créé Omote.

KAGAMI veut dire « miroir », le morceau est pensé comme un reflet d’image. On peut tout aussi bien le jouer en commençant par le début comme par la fin. Chaque « phrase » est divisible et se chevauche tout au long du morceau et c’est par l’aspect « question – réponse » voulu par Tulga que l’auditeur est invité à sa propre introspection.

TAIBOKU signifie « le vieil arbre », il s’agit de l’un des premiers morceaux de Tulga. Il s’est inspiré de l’histoire du roman « le vieil homme et la mer ». Pour lui, le Taiko est comme un océan tout aussi vaste et accueillant que périlleux. La pratique du Taiko demande beaucoup de discipline, de passion et de persévérance, tout comme la lutte de l’Homme dans l’amélioration de lui-même.

SAKAL  veut dire Univers en Cambodgien, c’est la dernière création de Tulga qui est encore en cours de perfectionnement. La musique, c’est une communication universelle, nous n’avons pas besoin d’être musicien pour en apprécier. C’est également un moyen d’expression à travers lequel Tulga s’exprime avec sensibilité et finesse sa vision de la vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s