Le groupe

Fondateur et Leader du groupe : Tulga YESILALTAY

Originaire d’Istanbul, Tulga YESILALTAY baigne dans la double culture de sa ville natale depuis son enfance. Fils ainé d’une famille de professeurs, Tulga hérite d’un patrimoine culturel et d’une ouverture d’esprit aiguisés.

Aimant l’aventure et étant passionné, Tulga a beaucoup voyagé et a appris à exprimer sa grande créativité à travers le dessin, la photographie, la musique et maintenant le Taiko.

C’est en France qu’il a décidé de poser ses valises, sa passion pour la musique électronique et la percussion l’ont amené peu à peu à la pratique du Wadaiko. Comme son entourage le sait, Tulga ne fait jamais rien à demi-mesure. Après quelques années d’entrainement quotidien, Tulga acquiert un niveau technique remarquable. Sa créativité lui permet de composer ses premiers morceaux. Il a mis en place un système d’écriture pour les partitions car la transmission du Taiko se fait de manière orale traditionnellement.

En 2011, il fonde le groupe Paris Taiko Ensemble avec quelques passionnés. Il s’investit alors corps et âme dans la voie du Wadaiko.

Tulga a pour devise : « Il vaut mieux avancer doucement mais sûrement, être régulier dans la pratique, vivre avec passion et discipline ». Grâce à sa pédagogie et sa patience, les membres du groupe progressent sereinement dans l’apprentissage de l’art du Wadaiko. Sans Tulga, Paris Taiko Ensemble ne serait qu’un merveilleux projet de passionnés. Tulga n’a cessé de s’entrainer, de créer ou d’entrainer les autres dans la pratique de l’art en général et de l’art du Wadaiko en particulier.

Les membres :

Yuuri MIZUTANI, pratique depuis longtemps le Taiko au Japon. Elle vient de la province de Gifu. Arrivée en France depuis 5 ans pour ses études, cette jeune traductrice fait preuve d’une grande habilité dans le partage de l’art du Wadaiko. Polyvalente, Yuuri s’intéresse également à la batterie et elle ne laisse pas indifférent les grands musiciens de Paris.

Vision du Wadaiko : « L’inspiration me vient naturellement lorsque je suis face à l’instrument. Quand je joue, je fais le vide intérieur afin de vivre au mieux la musicalité d’un morceau et d’être présente pleinement pour les autres. La composition, c’est ma prochaine étape dans cet art ancestral. »

Nhat Huy DAO NGUYEN, c’est grâce à sa force de caractère et sa passion pour la vie en général que ce jeune homme, originaire du Vietnam arrivé en France à l’adolescence, a su gravir toutes les étapes afin de devenir un véritable franco-vietnamien. En plus de cette richesse culturelle, il est aujourd’hui chargé d’essais en signalisation ferroviaire au sein de la SNCF, ainsi que professeur bénévole de Vovinam Viet Vo Dao à Garges-lès-Gonesse.

Vision du Wadaiko : « Etant artiste martial et cartésien, j’ai eu une approche très disciplinaire voire militaire du Taiko. Au fil du temps, j’ai compris que la musique ne se joue pas avec la tête mais bien avec le cœur. Le Taiko pour moi c’est être en communion avec tous les Etres, en commençant par soi-même »

Crystel ZRNJEVIC, passionnée d’art et de culture, Crystel est une professeure hors pair. Débordante d’énergie et super dynamique cette jeune Lorraine parcours le monde en quête de découverte et de connaissance. C’est à Tokyo qu’elle a vu pour la première fois un concert de Taiko lors à la fête de quartier Oedo.

Vision du Wadaiko : « Fascination, bouleversement intérieur, irrésistible attraction, c’est ce que le Taiko me donne comme premières sensations. Aujourd’hui, la passion est toujours aussi vive. Le Wadaiko est devenu une nécessité et Paris Taiko Ensemble une nouvelle famille ».

Sarah DHAINE, née en région parisienne en 1988, pratique la danse classique depuis l’âge de 5 ans et le mime depuis l’âge de 8 ans. Curieuse d’approfondir sa technique, elle entre en 2008 à l’école de Mime Corporel Dramatique de Belleville (Paris). En 2014, elle obtient son diplôme d’état de professeur de danse classique et ouvre sa propre classe.

Vision du Wadaiko : “En 2012, mon intérêt pour le spectacle vivant et les arts visuels me pousse à intégrer le groupe de percussions japonaises Paris Taiko Ensemble. C’est pour moi un art complémentaire à la danse et le mime car il me permet de travailler le corps à travers le mouvement et le rythme.”

Natalia RUSSINA, originaire de la Russie, pratique depuis son enfance l’escrime. Elle a rejoint le groupe après une découverte du Taiko lors de la fête de la musique. Natalia dégage un air mystérieux, aussi bien dans sa manière d’être que dans sa manière de jouer au Taiko.

Vision du Wadaiko : « La pratique du Taiko me fait du bien. Il n’y a aucune ambiguïté possible lorsque l’on est face au Taiko. L’instrument est comme un miroir reflétant notre propre personnalité. De plus, il y a une certaine symbiose au sein du groupe, on est tous attentifs envers les uns des autres. »

Lynn SIDIKOU, pratiquante d’arts martiaux, Lynn a été attirée à Paris Taiko Ensemble autant par la rigueur nécessaire à la pratique du Wadaiko, art initialement guerrier, que par la musicalité et la complexité envoûtante des sons tous composés par notre Sensei Tulga.

Vision du Wadaiko : « Le Taiko est un art qui ne cesse de renforcer la mémoire et le corps,  permettant ainsi une pratique à long terme au sein d’un groupe dont la chaleur n’est plus à démontrer »

Duong Le HUYNH, né à Saigon (Vietnam), a fait son Master d’informatique en Californie et travaille en tant que consultant indépendant pour plusieurs Institutions Financières en Asie, en Amérique et en Europe. Fondateur de Data Sparks Corporation et co-fondateur de Noae Corps. Ltd. for IT solutions.

Vision du Wadaiko : « Le Taiko n’est pas simplement un instrument de musique. C’est un engagement à vie. On est membre d’un groupe comme membre d’une grande famille pour la vie. Notre cœur et notre esprit seront reflétés dans le son du Taiko ainsi que la richesse de notre vie»